Compte rendu du stage National à Fonsorbes (31), animé par Xavier Dufau 6ème Dan le 20/03/ 2022.

Bonsoir,
Voici le compte rendu du stage national que j’ai envoyé à la fédération.
Bonne réception,
Xavier

.

1. Préparation
Étirements liés à la respiration. Différents exercices de mobilité de la position seiza, passage seiza à jambes allongées. Travail sur les chutes, d’abord roulade combinée au taï sabaki en suwari waza, puis travail sur la chute elle-même et plus spécifiquement sur sa structure qui permettra par la suite de contrôler sa vitesse et d’avoir une position forte pour ne pas toucher les genoux en arrière comme en avant. Ainsi que les chutes courtes, croisées.

2. Mains nues
Gyaku hanmi katate – sokumen iriminage
Entrée directe, création de l’angle dans lequel on s’engouffre pour atteindre aïte. Travail sur la coordination et sur la création d’ouverture, la déstructuration du partenaire.

Gyaku hanmi katate – Taï no henka
(irimi-tenkan)
Construction pour les débutants : bien à 180o,
comme dans la technique précédente, le bout des
doigts est l’indicateur de la direction du mouvement,
bien comprendre sa logique permet au débutant de
résoudre rapidement des placements de corps, les
détails de la main.
Pour les plus avancés : variation de déplacement pour se positionner (pivot puis avancée du pied). Afin de faire tourner aïte autour de tori, le poids du corps amène le partenaire en déséquilibre avant de tourner. Pour finir, la projection en décrivant un cercle avec le bras, plus c’est rond et centré par rapport au corps, moins il y a d’opposition, utilisation du ken pour bien sentir ceci.

Hanmi handachi waza
Même travail que précédemment pour l’entrée, bien sûr, la difficulté est sur la différence de niveau, donc ne pas rendre les choses plus facile à son partenaire en présentant la saisie à son niveau. Puis une fois bien descendu, réalisation de ikkyo.
Puis travail sur shihonage omote, en premier lieu, sans torsion de main, placement et utilisation de la main saisie en levant le genou et rotation propre à la technique.
Shihonage Ura, placement puis amener aïte à tourner autour de soi, coordination entre descente du corps et action d’armer le bras.

Kokyu ho

Ken
Travail de coupe, suburi.
En plusieurs étapes afin de bien développer la sensation de coupe.
Ensuite uke nagashi, kiri kaeshi en développant chaque étape, sen, de la prise de contact à ki no nagare puis sen no sen.

Jo dori
Tsuki shihonage puis kaeshi wazakokyu nage.

Kata dori
Reprise du travail du matin, sokumen iriminage. Puis trois étapes sur ikkyo, débutant à plus avancé.

Suite à la question d’un pratiquant, sode dori
Reprise de sokumen iriminage avec la contrainte de la tenue du tissu.
Puis même attaque, shihonage afin de bien faire apparaître la spécificité de cette saisie et la construction de la technique.

Toujours un accueil très chaleureux du CID, très agréable d’évoluer dans un environnement dynamique. Merci à toutes et tous pour cette année.

.

.

Les commentaires sont fermés.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :