L’Aïkido

P1090974_4

L’aïkido est un art martial japonais (budo), fondé par Morihei Ueshiba entre 1930 et 1960. Il a été créé à partir de l’expérience que son fondateur avait de l’enseignement des koryu (écoles d’arts martiaux anciennes), essentiellement le ju-jitsu de l’école daitō ryū, le kenjutsu et l’aikijutsu.
L’aïkido est né de la rencontre entre ces techniques de combat et une réflexion métaphysique de Morihei Ueshiba sur le sens de la pratique martiale à l’ère moderne.

L’aïkido se compose de techniques avec armes et à mains nues utilisant la force de l’adversaire :
– Techniques à mains nues avec un ou plusieurs adversaire(s), armé(s) ou non.
– Techniques au sabre, au bâton
– Techniques de concentration, de respiration
Toutes les techniques visent au contrôle de l’adversaire, l’amenant à une chute et/ou une immobilisation.

En France, deux fédérations sont officiellement reconnues par le ministère de la jeunesse et des sports. La Fédération Française d’Aïkido et de Budo (FFAB) et la Fédération Française d’Aikido, d’Aikibudo et Affinitaires (FFAAA). Ces deux fédérations sont regroupées au sein de l’Union des Fédérations d’Aikido (UFA) qui détient l’agrément ministériel pour la validation des examens (passage de grades, délivrance des brevets fédéraux).

L’AF Aikido est affilié à la La FFAB. Notre fédération est née en 1982 autour de Maître Tamura, 8ième Dan, élève direct du fondateur et délégué de l’Aikikai de Tokyo pour l’Europe.

Maitre Morihei Ueshiba 1935

 

Quelques termes utilisés en Aïkido

Tori : Celui qui fait la technique
Uke : Celui qui attaque et qui subit la technique
Aîte : A la fois partenaire et adversaire

Shisei : Posture, attitude. Sugata (shi) exprime la forme, la taille, la figure. Ikioi (shei) exprime la force, la vivacité. Shisei contient ces deux sens. Mais l’on ne peut pas traduire shisei uniquement par « une bonne forme, une bonne attitude », mais aussi par une force intérieure visible de l’extérieur dans sa manifestation.

Irimi : C’est la racine de l’aïkido. « Iri » de irimi exprime l’idée de rentrer dans la maison. L’idéogramme mi donne l’idée de l’enfant dans le ventre de sa mère. Donc mi signifiant corps, irimi mettre son corps dans le corps de l’adversaire, prendre son centre.

Mai ai : Relation entre uke et soi même. Cette notion ne représente pas qu’une distance entre deux corps, mais aussi entre les esprits: si j’ai peur l’espace me semblera trop petit, si j’ai trop confiance l’espace semblera trop grand.

Atemi : O’sensei définissait l’aïkido comme étant « atemi et irimi ». Dans l’ancien budo, atemi consistait à frapper les points vitaux de l’adversaire. En aïkido l’atemi est aussi utilisé pour dominer la volonté d’attaque, provoquer une douleur aux points vitaux, perturber sa concentration.

kokyu : Cela signifie inspirer – expirer. Un bon kokyu est lent, profond, long et se fait par le nez. C’est une respiration abdominale

Omote waza : représente l’endroit la surface, l’aspect apparent des choses. On peut dire qu’en omote la technique est exécutée en entrant face à l’adversaire
Ura waza : représente l’envers, l’aspect caché des chose. On peut dire qu’en ura la technique est exécutée en entrant derrière l’adversaire

Suwari Waza : Uke et Tori sont tous les deux à genoux
Ai Hanmi Handachi Waza : Uke est debout tandis que Tori est à genoux
Tachi Waza : Uke et Tori sont tous les deux debout

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :